La course d’ultra-trail en montagne provoque de nombreuses altérations d’ordre biomécaniques, physiologiques, neuro-musculaires, posturales et psychologiques qui peuvent engendrer certaines blessures. Cependant, assez peu d’études se sont intéressées aux modifications que peuvent subir les pieds. C’est dans ce cadre que nous avons réalisé 3 études. La première effectuée auprès de 10 coureurs a montré que les avants-pieds s’élargissent et la pression plantaire sous l’avant-pied augmente à partir de la mi-distance d’une épreuve d’ultra-trail de 170 km (UTMB®). La surpression sous l’avant-pied qui est due au déplacement vers l’avant du centre de pression, est susceptible d’accroitre le risque de fracture de fatigue des métatarses. Ces modifications qui ont été observées jusqu’à la fin de la compétition sont probablement liées à la fatigue des sujets. Pour contrecarrer ces modifications, nous avons proposé d’utiliser des semelles orthopédiques moulées comportant chacune une barre rétro capitale (BRC) placée en arrière des têtes métatarsiennes. La 2ème étude réalisée chez 48 coureurs a montré que cet élément orthopédique permet lors du maintien de la posture debout de diminuer les pressions plantaires sous les avants-pieds, de reculer le centre de pression, mais aussi les centres articulaires de la hanche, des épaules et de la tête. La 3ème étude avait pour objectif d’évaluer chez 10 coureurs à pieds l’effet immédiat, à court terme (après 4 semaines) et moyen terme (après 12 semaines) du port des semelles BRC sur la répartition des pressions plantaires et la cinématique articulaire. Un groupe contrôle de taille égale a utilisé pendant la même période des semelles moulées qui ne comportaient aucun élément orthopédique. Cette étude longitudinale a montré que les pressions plantaires sous les têtes métatarsiennes étaient réduites immédiatement avec le port des semelles BRC. Après 4 semaines, cette réduction s’accentuait et l’angle de flexion de la cheville était augmenté lors de l’appui. Après 12 semaines, l’extension maximale du genou était augmentée et la plupart de ces modifications étaient aussi observées même lors des tests où les sujets couraient avec des semelles plates. Aucune variable n’a été modifiée chez les sujets du groupe contrôle. En ce qui concerne les applications pratiques de ces travaux de thèse, au regard de nos résultats, nous pouvons conseiller aux coureurs de longue distance soufrant de douleur au niveau de l’avant-pied de choisir des chaussures un peu plus larges et, d’utiliser des semelles orthopédiques BRC pour réduire la pression sous l’avant-pied.