Très régulièrement en consultation au cabinet nous sommes face à des sportifs qui nous posent la fameuse question : «  quelles chaussures de sport dois-je prendre ? ».

Une rubbrique existe aujourd’hui sur notre site pour choisir sa chaussure selon plusieurs critères techniques importants: http://podoxy.temporaire.pro/running/

Chose assez difficile à répondre puisqu’elle cache beaucoup d’interrogations en une seule question :

Quelle marque choisir, quelle taille prendre exactement, quel modèle, quel système d’amorti, quel drop, stack ou fit? Est-ce que la dernière chaussure de telle marque et tous ses bienfaits vu à la télévision peut convenir au sport que je pratique…?

Comme il n’existe pas de chaussures de meilleure qualité pour telle pratique et tel sportif, il nous est toujours difficile d’apporter une réponse précise à ce patient-sportif, à savoir le modèle précis de chaussures (marque, modèle, taille, couleurs) Mais comme chaque sportif possède des qualités physiques qui lui sont propres et que le choix de chaussures est très vaste, il est préférable d’apporter ici des éléments de réponse permettant de ne pas trop se tromper dans ce choix très important pour aboutir à une pratique non altérée par les conséquences de ce choix.

Et bien commençons par des choses sommes toutes très logiques mais essentielles tout de même. On pratique un sport avec une chaussure adaptée au sport, évitez de faire du foot avec des chaussures de hand même si vous ne trouvez plus vos moulées, que le terrain est sec et que c’est juste un match entre amis. Chaque sport nécessite une pratique, des appuis bien spécifiques ce qui explique pourquoi les modèles de chaussures entre les différents sports sont différents. Les semelles diffèrent si vous pratiquez un sport linéaire (running) ou un sport de pivot (handball, basket-ball), le poids est également à prendre en compte (pesez une chaussure à pointe de sprinter et la chaussure d’un joueur de tennis) ou bien encore la surface de pratique indoor (volley-ball) et outdoor (trail).

Pour éviter tous problèmes de taille choisissez vos chaussures à partir de 17h pour une raison très simple qui est que les pieds subissent un œdème physiologique, si vous mesurez la longueur et la largeur de vos pieds et que vous comparez les mesures prises le matin et à celles prises le soir vous constaterez que le pied a subit un gonflement en fin de journée. Il faut donc tenir compte de ce mécanisme puisque celui ci est automatiquement reproduit lorsque l’on pratique un sport, et ce à n’importe qu’elle heure. Une paire de chaussures qui va parfaitement à 10h donnera l’impression d’être étroite en fin de journée, en plus de cela si vous portez de semelles correctrices et que vous avez oublié de les essayer lors de l’achat vous venez de remporter le tournoi des choses à ne pas faire et je vous convie à venir retirer votre lot gagnant au service après-vente.

Pour poursuivre, il faut savoir trouver un modèle dont le chaussant est adapté à votre pied et non l’inverse, adapter son pied au chaussant. De ce fait, il ne faut pas que le pied se trouve comprimé, dans le pire des cas, ni que vous sentiez un contact avec la chaussure surtout au niveau de l’avant pied. Pour être plus précis encore, laissez de la marge pour les orteils c’est-à-dire que lorsque votre pied est chaussé vous devez être capable de laisser passer la largeur d’un doigt en arrière du talon dans la chaussure. Pour les personnes qui courent des longues distances (au-delà d’un semi marathon), il ne faut pas hésiter à prendre une pointure et demie au dessus de sa taille normale. Et pas d’inquiétude sur le fait d’avoir une chaussure trop grande car il vous reste encore à apprendre tout l’art du laçage (article en téléchargement) qui vous permettra de courir avec des chaussures plus grandes.

La pointure des chaussures correspond donc à la longueur de votre pied, mais il faut savoir qu’il arrive très fréquemment que le pied droit n’ait pas la même taille que le pied gauche. Dans ce cas mesurez-le et le pied le plus grand sera votre référence lors de vos achats de chaussures.
Il reste une autre mesure à prendre en compte lors du choix, la largeur de votre pied. Elle est aussi importante pour les mêmes raisons désagréables qu’une pointure trop petite. Pour cela, il suffit de retirer la semelle de propreté (semelle interne) de la chaussure et de poser le pied dit « fort » dessus et de constater s’il ne déborde pas de cette semelle. L’expérience m’a été faite avec un volleyeur qui souffrait des pieds depuis qu’il avait ses nouvelles chaussures en pensant qu’elles se feraient à ses pieds, malheureusement la largueur de son pied était plus importante que la largeur de la chaussure elle-même (et non de la semelle de propreté)…

Cas particulier des coureurs à pied pour lesquels nous avons souvent la question : « je dois prendre une chaussure pronatrice (attaque du pas interne), supinatrice (attaque du pas externe) ou neutre/universelle (attaque du pas neutre) ? ». Pour une raison simple, les podologues vous conseillent de prendre des chaussures universelles, même si vous faites partie d’une des deux autres catégories, car s’il y a une correction à mettre en place elle sera beaucoup plus précise avec des semelles correctrices qu’avec une chaussure «correctrice» dont on ne connait pas le degré de correction apporté, réalisée en série. De ce fait une chaussure possédant déjà une correction peut provoquer des douleurs plus importantes.
D’autre part, garre à l’idée reçue très fréquente que plus la couche de mousse talon est importante, plus l’amorti est important….je vous conseille de visionner la vidéo très didactique à ce sujet dans la rubrique “vidéo” du site, car il ne faut absolument pas négliger cet état de fait…

Maintenant puisque vous avez trouvé chaussures à vos pieds et adaptés à votre pratique sportive et pour vous éviter de réaliser le grand chelem dans les erreurs, il reste quelques petits conseils de vérification sur l’état de la chaussure.

Premièrement, n’hésitez pas à passer votre main dans la chaussure pour constater qu’il n’y ait rien qui puisse venir léser le pied (coutures saillantes, défauts saillants).

Deuxièmement, posez les chaussures sur une surface plane et constatez de la stabilité de celles-ci par des petits mouvements latéraux et avant-arrière avec la main posée dessus. La chaussure doit être stable et ne doit présenter aucun mouvement de balancier. Un cas observé en cabinet avec un randonneur qui se plaignait de douleurs dans les mollets et les jambes avec ses nouvelles chaussures. En observant les chaussures de randonnée, on a pu constater que la chaussure droite présentait un mouvement en interne sur le passage de l’avant pied tandis qu’à gauche il n’y avait aucun mouvement. L’asymétrie comme défaut de fabrication était responsable des douleurs.

Dernièrement, il vaut mieux éviter d’acheter des chaussures en soldes puisque même si les chaussures n’ont pas été utilisées le temps agit tout de même et les matériaux se détériorent au contact des gaz atmosphériques. Profitez plutôt des promos sur des modèles récents.
D’autre part songez à les renouveler fréquemment puisque d’après M. Jérôme Issartel responsable innovation du Centre Technique du Cuir: “Nous simulons environ 200 km en continu et par expérience, nous notons des pertes de performances dans les meilleurs des cas de l’ordre de 25 %.”

Normalement vous êtes au point pour éviter de réaliser le grand chelem des erreurs lors du choix de chaussures de sport.

Bon amusement et bonne pratique et si vous avez d’autres interrogations, n’hésitez pas à rajouter votre question dans le forum…

Vianney TRACHET
Podologur du sport D.U.